La symphonie des siècles - Rhapsody 1

Publié le par le hérisson

Le résumé du quatrième de couverture:
Tandis qu'elle enfile les rues d'Easton à toute allure pour fuir les hommes de Michael, un ancien amant devenu baron de la pègre locale, Rhapsody butte sur deux étranges personnages, qui l'aideront à régler son problème de façon... définitive. Ce qu'elle ignore, c'est qu'Achmed le Serpent et Grunthor, le géant Firbolg, sont eux-mêmes confrontés à une situation autrement périlleuse. Aussi, lorsqu'ils l'entraînent dans un voyage au coeur de la Terre le long des racines de Sagia, l'Arbre-Monde, Rhapsody se demande si elle n'a pas fait preuve d'un excès de confiance...

Il n'est pas toujours aisé de trouver de bos livres de fantasy. Il y a un nombre assez conséquent d'auteurs et de séries composées de plusieurs tomes, et je ne sais jamais quoi choisir. Pour ce livre, j'ai fait confiance au site elbakin.net qui est parfois de bon conseil. En achetant le livre j'ai remarqué que le quatrième de couverture contenait aussi ce commentaire critique émanant oh surprise ! du site elbakin.net : " Un roman extrèmement solide, qui augure d'un trilogie grandiose."

Après la lecture de ce premier tome je me suis demandé ce qui justifiait une critique aussi dythirambique !
Certes, les personnages sont sympathiques, voir même attachants, en particulier pour Grunthor le géant Firbolg. Mais ils sont passablement caricaturaux quand même.
Certes, on est assez rapidement pris dans l'action. Mais celle-ci s'enlise, voir se perd un peu au moment du voyage au coeur de la terre, même si on comprend ensuite que cette longueur est nécessaire..
Certes, l'intrigue et le monde qui est décrit semble très pensé, très construit, mais il semble bien complexe et il est difficile d'en comprendre tous les aspects sans s'y reprendre à deux fois.

Du coup, mon impression du livre est beaucoup plus nuancée que celle d'Elbakin.net. Heureusement, l'écriture d'Elysabeth Haydon est fluide et incite à continuer la lecture. Elle a par ailleurs su créer un personnage original : une baptistrelle, c'est à dire une barde dont le chant est magique et qui lui permet de soigner, et de transformer la réalité. (Il s'agit là d'un personnage très certainement proche de l'auteur qui est elle même chanteuse et harpiste.)

Bref, toute la question avec ce livre, c'est de savoir si la suite permettra de vraiment remporter l'adhésion. Car il s'interrompt brutalement au 27ème chapitre. Il n'est en fait que la premiere partie du premier mouvement de l'histoire qui devrait en compter trois au final.

Avis réservé donc...

Publié dans Feuillage

Commenter cet article