La huitième fille

Publié le par le hérisson

Sur le Disque Monde, les mages sont des huitième fils de huitième fils. Sur le point de mourrir, un mage va donc se rendre dans un petit village perdus dans les montagnes du bélier, pour trouver un enfant qui satisfait à ce critère. Or il s'avère que le petit bébé auquel il donne son bourdon et tous ses pouvoir est .... une fille !...
Dans un premier temps, la petite Eskarina va être confié aux bons soins de Mémé Ciredutemps, une sorcière qui va tenter de l'initier à la seule magie qu'une femme se doit de maitriser: la sorcellerie. Mais, constatant que cela ne suffit pas, et bien malgré elle, la vielle sorcière va devoir se résoudre à quitter ses montagnes pour emmener la petit fille à l'IUniversité de l'Invisible afin qu'elle y suive une vrai formation de mage, un magie normalement réservé aux hommes...

Pas de surprise quand à l'univers un peu décalé et humoristique du Disque Monde. Terry Pratchet conserve une écriture enlevé et drôlatique tout en menant un récit bien construit. On s'amuse à suivre les aventures de Mémé Ciredutemps, empêtré dans un situation dont elle se serait bien passé. Le personnage est des plus sympathique et vaut vraiment le détour.
L'histoire permet gentiment de s'amuser des remèdes des médécines douces jouant sur l'effet placébo (la têtologie !). Surtout il dénonce gentiment les préjugés et conservatisme dans les rapports hommes/femmes...
ça se laisse lire tout seul et on passe un bon moment...

Publié dans Feuillage

Commenter cet article