Evangelion 1.0 - you are (not) alone

Publié le par le hérisson

J'ai découvert ce film dans le cadre des Utopiales, le festival de science fiction de Nantes  et grâce à S. qui m'a gentiment invité.
Après avoir arpenté le hall et découvert quelques dessins originaux et parcouru les rayonnages de livres dédiés pour beaucoup à la fantasy, qui est un genre que j'apprécie. le tout en compagnie de L. , Nous nous sommes rendus dans une grande salle de cinéma appelée Dune où nous avons tout d'abord découvert 1 épisode de la série Regénesis qu'un garçon passablement hypocondriaque comme moi ne devrait finalement pas regarder. L. nous a quitté mais je suis resté avec S. pour voir un 2ème épisode de cette série avant de pouvoir voir ce manga : Evangelion.

Si j'ai bien compris, il s'agit ici de l'épisode 1/4 de l'adaptation pour le cinéma de la série Neon Genesis Evangelion, un manga créée en 1996 et qui a eu beaucoup de succès au Japon.

L'histoire est difficile à expliquer. Manifestement, l'humanité est confrontée à une invasion de géants destructeurs appelés les Anges et a créée de gigantesque robots, les EVA pour les combattre. Ceux ci sont pilotés par des adolescents dont le héros qui est un être très solitaire qui ne cesse de se demander pourquoi il se retrouve pilote et si tout cela à un sens.

Sur le site, le tout début du film est très bien résumé comme suit :
Shinji Ikari arrive à Tokyo 3, sur l’ordre de son père Gendo. Alors qu’il erre dans la ville, il est pris dans un feu croisé entre l’armée des Nations Unies et le quatrième Ange, Sachiel. Sauvé par le Lieutenant-colonel Misato Katsuragi, Shinji est rapatrié au quartier général du NERV, où il est enrôlé pour piloter Evangelion Unit-01 contre Sachiel...

C'est un film emprunt d'un climat étrange et parfois abscont pour le non initié que je suis. Il y a pas de mal références religieuses. On se pose beaucoup de question sur l'origine des anges. Sur les différentes organisations qui luttent contre eux. Des moments de combats assez toniques et des moments plus calmes et introspectifs emprunts de mélancolie, de poésie et d'humour alternent tout au long du film. (mention spéciale à une drolatique scène dans laquelle Shinji découvre un manchot dans l'appartement de Misato !)
Le personnage de Shinji est attachant. il se pose beaucoup de questions existentielles. Il est un peu torturé entre ses émotions et ses responsabilités.
Le film pose beaucoup de question et appelle une suite. C'était un moment vraiment étrange. Je n'arrive pas à savoir si j'ai vraiment aimé. J'ai plus été surpris je crois...  Mais j'ai apprécié l'immersion dans un monde totalement différent et original par rapport à ce que je connais ou ce que je vais voir d'habitude et ce d'autant plus que le film était en VOST.



A un moment du film, est évoqué le complexe du hérisson. et c'est là que je me suis souvenu ! Conrad alias Ibi avait fait un commentaire sur le tout premier article de mon blog en me parlant de ce personnage. Sur un autre article, un certain Rom1 avait donné la source de cet apologue qui est en fait dû à Arthur Schopenhauer.

Publié dans Clairière

Commenter cet article

Ibi 01/03/2009 19:25

Hey, le hérisson ! Content de voir que tu te souviens de moi !Ca fait un bail ! ^^En ce qui concerne Evangelion, en fait ce film que tu as vu est le premier d'une trilogie baptisée Rebirth of Evangelion.Il s'agit en fait d'un remake de la série originale (sortie à la fin des années 80 ou début 90, je sais plus), mais en longs métrages du coup (et surtout avec les moyens actuels, images de synthèse et gros budget).Voilou, la bise !

le hérisson 02/03/2009 21:24


ben oui , évidemment que je me souviens de toi ! et je file sur ton blog dès que tu publies quelques chose (pas assez souvent à mon goût d'ailleur !!!) même si je passe inaperçu !

ce sera donc une trilogie ! merci pour tes explications !
je crois que j'essaierai de voir la suite quand même ... au moins pour mioeux comprendre tout ça ! mais au vu de ce que j'ai lu ici ou là, la fin ne risque t'elle pas de me laisser sur ma faim
?.........

bisou itou ! ;-)