Harry Potter et les reliques de la mort

Publié le par le hérisson

En français cette fois ci !..

L’année dernière, lors de sa sortie, j’étais allé de bon matin chercher un exemplaire de l’édition anglaise que j’avais pris un malin plaisir à lire tout le week-end. Je n’avais rien fait d’autre que ça., incapable de me décrocher du livre tant j’avais envie de savoir comment allait finir les aventures du petit sorcier. Je n’avais pas été déçu, malgré les quelques facilités utilisées par l’auteur à certains moments (un simple accio pour obtenir un livre rare sur les horcruxes par exemple ?! – Ron qui arrive à parler fourchelang !?… ).  
J’avais trouvé, et je trouve encore, que l’exercice est globalement plutôt réussit. L’ensemble des questionnements trouve une réponse. L’ensemble des fils d’intrigues lancés à travers les tomes précédents sont réunies pour créer une trame cohérente, en plus de l’intrigue propre à ce tome (les reliques de la mort). On retrouve le monde magique et maintenant familier que l’auteur a su créer avec talent. On retrouve surtout ce qui fait à mon sens le principal intérêt de cette série: une écriture à la fois simple et sensible et qui délivre un message éducatif assez positif. La nécessité de l’intégrité, de l’effort, la défiance face aux idées toutes faites et aux jugements trop simplistes sur les personnes sont à nouveau soulignées dans ce tome. Les personnages de Dumbeldore et de Rogue sont relativisés, nuancés, comme l’ont été le père de Harry et Sirius dans les tomes précédents.

Il y a de vrais moments d’émotions dans ce livre même si l’on peut trouver qu’ils sont  parfois un peu « faciles ». Que voulez vous, on ne se refait pas. : Le passage concernant Doby m’a touché, le chapitre qui concerne Rogue m’a touché (j’étais assez satisfait de voir que ce personnage avait pris le tour que j'avais imaginé). Le passage de la trêve quand les deux camps comptent leurs morts et le moment où Harry se rend dans la forêt interdite pour affronter Voldemort m’a touché... Rowling sait toucher au coeur, en totu cas pour ce qui me concerne...

La lecture en français a essentiellement consisté à retrouver un univers que j’aime particulièrement bien et à vérifier que j’avais bien compris l’ensemble des subtilités de l’intrigue lors de la lecture en anglais. (Et c'était le cas :-) )
Le seul point qui m’intrigue est que l’émotion ne s’est pas forcément placée aux mêmes endroits que lors de la lecture en version originale. Et je ne saurais dire si cela est dû au fait que c’était une relecture ou du fait de la langue en elle-même …
Un regret cependant sur l’édition en français. Quelques tournures de phrases malhabiles de la part du traducteur. (Peut-être un peu trop pressé par l’éditeur ? …)

Publié dans Feuillage

Commenter cet article