La huitième couleur

Publié le par le hérisson

Quand Deuxfleurs, citoyen de l'empire agathèen du continent contrepoids débarque à Ankh-Morpork, la plus grande cité du disque monde, l'étrange coffre rempli de pièces d'or qui le suit fidèlement grâce à ses multiples jambes va tout de suite susciter la convoitise de tout un tas d'individus tous aussi mal intentionnés les uns que les autres ! Parmi eux, le mage raté Rincevent qui va, manifestement comme à son habitude, se retrouver dans toute une série de situations aussi dangereuses que burlesques !

La huitième couleur est le premier livre du Cycle du Disque Monde, écrit par Terry Pratchet. Le disque monde: un monde étrange et un peu fou, juché sur quatre éléphants, eux-mêmes posés sur le dos d'une tortue gigantesque qui flotte et nage dans l'abîme interstellaire...
Qaund on est un lecteur amateur de fantasy, le nom de Terry Pratchet ne peut pas être ignoré très longtemps. Il est en quelque sorte le pendant humoristique et burlesque de J.R.R. Tolkien ! On parle de light fantasy : Ici on est pas dans le sérieux, pas de lutte épique du bien contre la mal mais des personnages complètement décalés dans des situations totalement ubuesques !

C'est toujours pareil, quand on entend parler en très bons termes d'un film ou d'un livre: on s'attend toujours à voir ou lire quelque chose de vraiment génial, et on est un peu déçu.
C'est presque ce qui s'est passé avec la lecture de ce livre. « Presque » parce qu'il est indéniable que j'ai pris un certain plaisir à suivre les aventures du mage raté Rincevent accompagné de l'insouciant Deuxfleurs. Le livre se laisse lire facilement. Le disque monde est véritablement original. Toute farfelue qu'elle est, l'histoire se tient quand même ! L'écriture n'est pas désagréable.
On compare souvent la série de livre de Terry Pratchet aux aventures télévisuelles ou  cinématographiques des Monty Python. Les connaissant peu, j'ai plutôt pensé aux BD de Gotlieb et au journal Fluide Glacial ! Le personnage de Rincevent  fait vraiment partie de cette veine là ! Son attitude face à l'optimiste et naif Deuxfleurs ou ses rapports avec le personnage fort amusant de La Mort donnent tout son piquant au livre. Mais j'avoue que je m'attendais à quelque chose de plus désopilant. Si l'esprit général est ludique et plein de dérision, seules quelques fulgurance drolatique m'ont vraiment fait sourire..  mais cela ne m'empêchera pas d'explorer plus loin cet univers de doux dingues !

Publié dans Feuillage

Commenter cet article