Sex and the city

Publié le par le hérisson

J’avais découvert la série il y a 4 ou 5 ans et j'avoue volontiers que je m’étais laissé porter avec un certain plaisir par les aventures de ces 4 new-yorkaises… J’avais tout de même hésité à aller voir ce film présenté lors de sa sortie comme un vaste défilé de mode à réserver uniquement aux pré-adolescentes ! Et puis finalement, je me suis décidé, peut-être porté par un besoin de vite sortir de l’appartement pour éviter de trop tourner en rond et de penser à des trucs pas super sympa…

Hum … oui euh.. Comment dire ?

Alors bien sur c’est plutôt sympa de les retrouver, ces personnages dont on a suivi les péripéties pendant plusieurs saisons …. mais ce doit être à peu près le seul intérêt de ce film : proposer un nouveau (et dernier ?) grand épisode plus ou moins réussi de la série… plutôt moins que plus en fait !

Les personnages restent ce qu’ils sont : attachants mais un peu caricaturaux. Certaines scènes ont déjà été vues 15 fois et le scénario est la répétition de celui de je ne sais quelle saison (c'est à croire que les héroïnes n'ont absolument rien appris durant les six années de leur aventures télévisuelles...) On pourra noter au passage que pour palier aux critiques qui avaient soulignées que la série était trop blanche et élitiste, les scénaristes ont intégré à l'histoire un personnage black et humble...

Sinon, c’est bien un grand défilé de mode (avec certes parfois de très jolies robes). Il y a un peu d’humour et un soupçon de scènes sexy mais il m’a quand même semblé que ça manquait un peu du sel, du piquant de certaines répliques qui réussissaient tant bien que mal à compenser le coté romantico-kitch de la série… Du coup j’ai trouvé tout ça un peu trop mièvre et «dégoulinant» d’amour….

Bref, tout cela est très moyen. Je ne suis pas sorti de la salle de ciné déçu mais pas convaincu non plus…. J’ai passé un moment léger et tout à fait superficiel. Mais fallait-il attendre autre chose de ce film ?

Publié dans Clairière

Commenter cet article

Guy 20/07/2008 19:22

Le problème reste qu'il est difficile d'allonger un format de 26 minutes sur un film de près de 2h. Or le film n'est qu'une reprise de la série, de la trame d'un épisode quelconque, qu'on rallonge à coups de scènes assez superficielles du style : le défilé de mode, le voyage à Mexico, la séance photo de Carrie qui cite toutes les marques... une vraie pub ambulante.Cela étant, j'étais fan de la série et j'ai eu grand plaisir à retrouver les personnages. Je partage les avis donnés avant le mien : la série était bien meilleure, et les stéréotypes sociaux de sexe ne s'en trouvent pas bouleversés. Petit pincement au coeur perso : la première scène montre deux garçons s'embrasser, et plusieurs jeunes filles dans la salle ont fait "ehhhhhhh...." d'un ton dégoûté. Navrant.Par contre, j'apprécie qu'on nous ait épargné la mièvrerie d'une histoire d'amour entre les deux gays de la série : Stanley et le décorateur latino. Ils n'ont jamais pu se blairer dans la série, ils n'allaient pas finir ensemble quand même !

le hérisson 21/07/2008 18:17


éh salut guy ! :-)

oui - au fond, c'est l'interêt principal du film: permettre de retrouver des personnages qu'on a aimé suivre durant la série. cela dit, ils m'ont paru plus caricaturaux non ? ou en tout cas, il m'a
semblé que les filles rretombaient dans les mêmes problèmatiques que dans la série. comme si elles n'avaient rien appris sur elle même !!


polluxe 10/07/2008 22:26

"mièvre et dégoulinant" c'est exaxtement ça. je n'avais pas vu la série (et oui ça existe :-) ) et je m'étais dit que ça me donnerait une idée... quel navet ! il parrait que la série était plus piquante et osée sexuellement. il faut l'espèrer parce que là... sans intérêt.

le hérisson 10/07/2008 23:34


A mon sens la série est mieux que le film - à la fois plus légère, plus piquante....  tout en restant quand même dans un thème romantique...
 je ne sais pas si on peut dire qu'elle était osée ... ça restait soft avec des scènes du même ordre que celle entre Miranda et Steeve dans le film sauf que dans la série c'est quasiment
toujours Samantha qui s'y collait ..


Ze little Prince 25/06/2008 00:11

J'ai été le voir il y a deux semaines, sans avoir jamais vu (ou presque) la série, et j'ai plutôt bien aimé. Ce qui m'a surtout fait rire c'est que sous ses airs superficiels, le film lance quelques pics revendicatifs. Tu ne les as pas vu ?

le hérisson 25/06/2008 19:01


Le coté revendicatif a du m'échapper en effet ? Sauf à ce que la revendication porte sur le droit de toutes les femmes à posséder un sac Vuitton !
 
Plus sérieusement, sous couvert d’une vie sexuelle et affective plus libérée, la série continuait à véhiculer un certain classicisme des relations hommes/femmes.. L’aboutissement ultime pour une
femme, c’était de trouver le prince charmant, un homme avec lequel faire sa vie. Aucune des héroïnes n’était épargnée et toutes finissaient par trouver « le bonheur » dans les bras d’un
homme…
Il me semble que sur un blog, il y a deux/trois ans, quelqu’un avait exprimé ça avec beaucoup d’humour. Je ne sais plus où j’avais lu ça ! bon pour ton poil peut être …

Dans le film c’est un peu la même chose :

- Carrie va dire à la petite fille qui lit son conte de fée qu’il ne faut pas croire au prince charmant mais c’est tout de même ce qu’elle voulait et qu'elle finit par obtenir au final en la
personne de Mr Big, le seul et l’unique, certes sans grand mariage, mais avec une demande à la cendrillon... 

- Charlotte reste le prototype de la femme socialement aisée totalement dévouée à son mari. Consécration pour elle, elle finit par accéder à la maternité.

- Miranda est réduite au rôle de l’amie socialement et physiquement mal à l’aise et sexuellement frustrée alors qu’elle était aussi dans la série une brillante avocate aux positions féministes
marquées...

- Pour parler de Louise, le personnage black de la série, là encore,schéma classique : elle vient à New York pour refaire sa vie mais son but ultime, c’est le grand amour et c’est ce qu’elle
obtient en la personne de son ex boy friend !

- Seule Samantha peut éventuellement encore incarner une vision plus indépendante et libérée de la femme en ce qu’elle finit par s’écarter d’un couple qui ne lui convient pas. Elle redevient
elle-même après une union qui bridait sa personnalité et ses envies…

Ça fait pas lourd quand même. Je ne crois pas que ce film soit le plus apprécié des associations féministes.

Cela dit il faut relativiser - Il s'agit avant tout d'un comédie romantique légère dont le but principal est de divertir et de jouer sur les codes....
Par ailleurs, la recherche d'un compagnon (pour ce qui concerne la série), la façon de vivre une relation (pour ce qui concerne le film) c'est un thème qui parle à la plus part des gens, moi y
compris... parce que la plus part d'entre nous essayons de rencontrer ou de vivre une relation avec quelqu'un non ?
Reste qu'il me semble qu'il manquait un peu de maturité dans tout ça.. les héroines abordent quand même la quarantaine...

Serais-je passé à coté de quelques messages subtilement disséminés dans le film ?